EN FRANCE: LE BALLET DE COUR


Retour
  

Alors que l'Italie se passionne pour la création de l'Opéra, l'école française reste fidèle aux divertissements de cour.
On donne le nom de Ballet de Cour à des intermèdes dansés, entremêlés de chant et de déclamation.
En 1581, à l'occasion du mariage du Duc de Joyeuse avec Mademoiselle de Vaudemont, on représenta au Louvre le Ballet de Circe ou Ballet Comique, qui eut un grand succès. Ce n'est pas encore un opéra, les scènes parlées alternant avec les airs et les danses.
Les guerres de religion vont retarder le développement des formes dramatiques, aussi n'est-ce que sous Louis XIII que le ballet entièrement chanté et dansé prend plus d'ampleur grâce à une mise en scène somptueuse.
En 1647, Mazarin fait représenter l'Orfeo de Luigi Rossi, qui n'eut qu'un médiocre succès - cependant le public apprécia la richesse de la mise en scène. Puis deux compositeurs d'Anne d'Autriche, l'Abbé PERRIN et CAMBERT, firent leur premier essai dramatique avec une pastorale en musique, Pomone, qui eut un grand retentissement. L'opéra français était créé, c'est le Florentin LULLI qui en fixera la forme.

EN ALLEMAGNE

L'Opéra italien aura une influence si profonde que, durant les dix-septième et dix-huitième siècles, les opéras représentés en Allemagne seront composés et chantés en langue italienne. Pendant près de deux siècles, le style italien aura un rayonnement extraordinaire en Europe. Tous les musiciens de l'époque classique, en lui empruntant ses formules, " s'italianiseront ", tout au moins pour un temps, affirmant ainsi son incontestable prépondérance.
SCHUTZ, célèbre compositeur de messes et de motets, écrit un opéra, Daphné, dans le style de Péri et Caccini.
L'Ecole de Hambourg fait une tentative infructueuse de création de théâtre spécifiquement allemand ; le sujet est toujours inspiré de la mythologie grecque ou de l'histoire, l'action est découpée en scènes alternant airs et récitatifs.
Les compositeurs les plus représentatifs sont:
KAYSER, MATTHESON, FRANKEN.